GRAINE d' ESPOIR et de VIE
Bienvenue sur Graine d'Espoir et de Vie.Vous désirez vous connecter ou vous enregistrer, faites votre choix parmi les boutons proposés ci dessous

GRAINE d' ESPOIR et de VIE

A POUR OBJECTIF D'APPORTER DE L'AIDE A TOUTE LA FAMILLE DANS LA VIE DE TOUS LES JOURS.
 
PortailAccueilFAQS'enregistrerRechercherConnexionCalendrierGalerie

 

 Témoignage de Joni Eareckson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Témoignage de Joni Eareckson   Lun 2 Mar - 12:40

Bonjour a tous, j'ai été trés touchée et j'en ai même pleurer..... et je voudrais vous partager ce témoignage.


La force de vivre du handicapé Joni Eareckson Tada



Le crabe ou la noyade !
J’ai du mal à croire que je suis paralysée depuis 25 ans. Certains d'entre vous ont peut être vu le film de mon histoire : j'avais 17 ans et en plongeant imprudemment j'ai heurté le fond et me suis brisée la nuque. J'essayais de retenir ma respiration en espérant que quelqu'un viendrait à mon secours. Ma soeur était déjà arrivée sur la plage quand un crabe lui a mordu l'orteil. Alors elle s'est retournée et m'a crié : "Joni fait attention aux crabes". C'est ainsi qu'elle vit que je n'avais pas suivi et elle se mit à me chercher.
Je remercie Dieu pour ces crabes. Je suis convaincue que cela illustre la souveraineté de Dieu : il y avait peut être une chance sur un milliard que ma soeur soit mordue par un crabe juste à ce moment là.

Mais sur mon lit d'hôpital, je ne pouvais reconnaître la souveraineté de Dieu : au contraire j'étais furieuse contre Lui.

Comment ce qui m'arrivait pouvait prouver sa bonté ? N'aurait il pas pu mettre deux anges pour me garder ? Voilà de véritables questions. Vous êtes vous jamais demandé si le handicap met Dieu mal à l'aise ? Lorsqu'un enfant naît avec des malformations est-ce un hasard ? Qui contrôle toutes ces maladies et ces handicaps : est ce Dieu ou le diable ?

Si vous exercez un ministère auprès des handicapés, ce sont des questions que vous vous posez aussi. Peut être travaillez-vous auprès de sidéens ou de femmes battues ou dans l'accompagnement des mourants donc auprès de gens qui souffrent ? Vous vous posez les mêmes questions que moi à 17 ans face à ma paralysie.

Comment Dieu a-t-il permis cela ?
Dans mon lit d'hôpital, je ne cessais de ressasser mon accident. Je me revoyais sur le radeau avant de plonger et pensais que Dieu m'avait abandonnée : peut être avais je été désobéissante et Dieu préférait il s'occuper de chrétiens obéissants ou de la guerre au Vietnam ou des cancéreux ou d'accomplir une prophétie biblique au Proche-Orient ?
Je me disais que Dieu s'était détourné de moi et que Satan avait sauté sur l'occasion pour me pousser à l'eau. Il jubilait de me voir paralysée et disait : "J'ai complètement détruit la vie de cette jeune fille ainsi que sa foi". Je pensais que Dieu se demandait ce que le diable avait encore fait et comment Il me tirerait de la situation pour changer le mal en bien pour la Gloire de Son Nom. Dieu devait chercher dans sa boîte à outils un pansement pour ma vie et de toute façon mon handicap devait être un réel problème pour Lui.

J'avais l'impression d'être l'enjeu d'un combat entre Dieu et le diable, un sorte de bras de fer : quand je déprimais, je pensais que Satan avait le dessus et quand j'arrivais à rire que c'était Dieu. Je ne cessais d'avoir des "hauts et des bas".

La vision de Dieu que j'avais à cet âge là est commune à beaucoup de personnes. De tous temps les hommes se sont posés de telles questions : bien sûr je ne prétends pas répondre à toutes mais en vingt cinq ans de fauteuil roulant j'ai pu y réfléchir et trouver des réponses satisfaisantes.

Des exemples à méditer
Regardons d'abord ce qui est arrivé au Seigneur Jésus Lui Même. Qui contrôlait les choses lorsqu'Il était sur la croix ? Dieu ou le diable ? La majorité d'entre nous pense que c'est le Père. Et pourtant c'est Satan qui a poussé Judas Iscariote à vendre Jésus pour trente pièces d'argent, qui a inspiré la sentence de Ponce Pilate, les cris de la foule pour obtenir la crucifixion de Jésus et les brutalités des soldats. Comment toutes ces choses là : injustice, torture, meurtre, peuvent-elles être la volonté de Dieu ?
Dans Ac 4.28, il est dit : Pour faire tout ce que ta main et ton conseil avaient arrêté d'avance. En agissant ainsi Satan a été pris à son propre piège car la volonté de Dieu était que ce meurtre permette le salut de tous. Le ciel et l'enfer étaient présents : parfois on peut imaginer que Dieu et le diable veulent la même chose en même temps mais pour des motifs différents. Les buts du diable étaient d'empêcher la rédemption. Dieu s'arrange toujours pour que les projets du diable avortent afin que les siens puissent se réaliser. Voilà ce que le Père a fait à la croix en ouvrant les portes du ciel à tous pour Sa Gloire.

Comment Dieu se débrouille-t-Il ? C'est un grand mystère. Dieu nous donne juste ce qu'Il faut pour voir l'intérieur de son projet et satisfaire notre foi. Cela m'a encouragée dans mon handicap. J'ai pu m'identifier aux souffrances du Christ sur la croix et fortifier ma foi. Les desseins du diable pour moi étaient la tristesse, le malheur, le désespoir, l'amertume, la colère. Satan espérait que ma chaise roulante ridiculiserait la bonté de Dieu. Mais les projets de Dieu à mon égard étaient différents. J'admets qu'Il a pu permettre mon accident pour transformer une jeune fille têtue en une jeune femme reflètant Sa gloire. Dieu avait ses raisons que l'on ne peut pas toutes comprendre car Il ne dévoile pas tout.

Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l'affliction produit la persévérance (Rm 5.3). J'aime bien cette phrase de l'apôtre Paul qui lui aussi avait un handicap. C'est vrai que parfois je suis découragée mais pas déçue.

Choisir sa réaction
Je ne peux rester dans ma chaise que quelques heures. Mon époux me met au lit vers 19 h 30. En position couchée, je ne peux rien faire. Je passe donc trois heures sans bouger ! C'est dur mais c'est bon et je peux m'en réjouir. Ces trois heures sont merveilleuses car je les passe en communion avec le Seigneur Jésus. J'ai l'impression que les prières d'une paralysée ont une puissance spéciale pour Dieu. C'est comme si ces prières étaient un sacrifice. Je reste persuadée que je n'aurais pas été si proche de Dieu en étant valide. Ma souffrance a produit la persévérance, la persévérance la force et la force l'espérance. On n'est pas déçu quand on a la force de Christ en soi.
Je ne suis pas en train de magnifier la souffrance. Nous n'avons pas à rechercher la souffrance mais à choisir Dieu et lorsque nous Le choisissons nous triomphons du diable. La souffrance en elle même est plutôt neutre. La même allumette peut allumer un barbecue mais aussi incendier toute la forêt. C'est comme le sexe : la sexualité mal utilisée produit destruction et souffrance alors que la sexualité dans le mariage peut apporter joie et épanouissement. C'est ce que nous choisissons dans la souffrance qui compte : soit vivre dans les plans de Dieu, soit ceux du diable avec la colère et l'amertume.

Dieu nous laisse choisir mais Il se tient de notre côté par Sa grâce. A des gens qui souffrent comme moi, Il donne des amis qui persévèrent dans la prière. Nous nous encourageons mutuellement et ainsi la souffrance s'articule au corps de Christ.

La Grâce
Il a dit aussi : Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi (2 Co 12.9). C'est ce que j'ai partagé avec vous jusqu'à maintenant. Récemment, j'ai entendu une bonne définition de la grâce : "Lorsque Dieu nous donne sa grâce, voila ce qu'Il fait, Il nous donne le désir et la puissance d'accomplir sa volonté". Cela veut dire qu'Il nous donne une puissance miraculeuse pour faire Sa volonté. Mais Dieu n'accorde pas Sa grâce aux orgueilleux à qui Il résiste, mais aux humbles. La souffrance vous conduit à devenir humble devant Dieu. Le matin, mon mari doit me baigner, m'habiller puis m'installer dans la chaise. Une amie vient me brosser les dents et me coiffer. Dans un certain sens, cela me prépare à recevoir la grâce de Dieu : lorsqu'il faut dépendre des autres pour les choses les plus élémentaires, vous apprenez à dépendre de Dieu.
Je connais mes besoins et tous les jours Dieu me rappelle combien j'ai besoin de Lui. Cette réalité physique m'enseigne une réalité spirituelle. C'est avec joie que Dieu déverse Sa grâce sur les faibles. On trouve ce thème dans toute la Bible. Gédéon reçoit l'ordre de combattre les 135.000 Madianites et pour cela de réduire son armée à 300 hommes. Dieu le met dans une position très défavorable, tout comme David, jeune berger, choisi pour affronter le géant Goliath. Cela nous semble être des aberrations stratégiques. Dieu avait promis à Abraham qu'il serait le père d'une nation innombrable mais sa femme avait près de 90 ans. Un peu tard pour commencer une famille.

Pourquoi Dieu a-t-il fait cela ? Le monde doit savoir que c'est Dieu qui agit quand Gédéon bat les Madianites, quand David tue Goliath, quand Sarah accouche d'un garçon à 90 ans... Ce n'est ni par la puissance, ni par la force, mais c'est par mon esprit, dit l'Eternel des armées (Za 4.16). Extraordinaire : Il a fait des merveilles de cette façon. Beaucoup de choses sont tellement tristes et douloureuses : un bébé malformé, une femme battue par son mari, un orphelin, un réfugié, un malade atteint du SIDA, un mourant qui souffre... Dieu ne laisse personne dans le désespoir et Il est prêt à déverser Sa grâce pour donner de l'espérance et un sens à la vie. Les gens dans mon cas ne peuvent recevoir cette connaissance profonde de Dieu s'il n'y a pas des gens comme vous pour les accompagner. Le rôle des personnes qui aident les malades est donc très important.

Reconnaissance malgré tout
Quand j'étais sur mon lit d'hôpital en butte aux questions sans réponses, il a fallu que quelqu'un vienne me communiquer de l'amour. Que serai je devenue sans ces chrétiens qui ont prié pour moi, qui m'ont lu des versets de la Bible? Ils ne venaient pas me faire des sermons mais ils m'aimaient et mettaient en pratique leur foi en me mouchant ou en me brossant mes dents. C'est Dieu qui les a convaincu de venir auprès de moi. Ils ne me traitaient pas comme une invalide mais comme une personne. Dieu a utilisé leur amour et petit à petit j'ai compris l'amour de Dieu. Je me souviens d'un jeune ami qui m'encourageait à remercier Dieu dans toutes les circonstances. Je lui ai dit que je ne pouvais le remercier pour ma paralysie complète à vie. Il m'a répondu de commencer par les petites choses. Alors le lendemain j'ai remercié Dieu pour la nourriture tiède, pour l'absence de l'infirmière désagréable, pour mon lit situé près de la fenêtre d'où je pouvais voir la lune la nuit. J'ai rendu grâce pour mes amis chrétiens, pour leur sourire. Voici les choses pour lesquelles vous pouvez être reconnaissants quelque soit votre situation.
Au bout d'un mois ou deux, j'ai remarqué un changement. Ce n'était pas facile : "deux pas en avant, un en arrière". Je commençais à sourire et mettais de moins en moins de personnes à la porte.

Alors j'ai pu rendre grâce pour des choses plus importantes, car ma foi grandissait, comme de pouvoir m'asseoir dans une chaise roulante. Ce qui est beaucoup mieux que de rester allongée pendant une année. Seigneur, je Te remercie pour cette chaise roulante.

Quatre ans plus tard, j'ai pu aller plus loin en ressentant pour le Seigneur, une profonde reconnaissance et j'ai réalisé les paroles de Rm 5.3 : Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l'affliction produit la persévérance. J'étais transformée. Ce changement n'est pas dû à mes remerciements forcés mais bien aux chrétiens qui m'ont entourée, ont prié pour moi et m'ont communiqué l'énergie pour rendre grâce. C'est pourquoi il est fondamental de prier pour les personnes dont vous vous occupez. Dieu a agi dans mon coeur dans la mesure où Il agissait dans le coeur de ceux qui priaient pour moi. Je ne parle pas de prières sporadiques mais des intercessions persévérantes. Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes (Ep 6.12). Le diable est toujours en train de rôder autour de nous comme un lion rugissant cherchant qui il dévorera. Un jour, j'ai été sa proie mais je loue Dieu car des chrétiens ont prié et j'ai reçu la force de lutter non contre ma paralysie mais contre le diable. Ma foi en Dieu est le résultat des prières des autres. Le responsable de mon église et deux camarades d'école s'étaient engagés à prier pour moi une heure par semaine pendant un an. Aujourd'hui je sens encore les répercussions de ces prières là.

La place de ceux qui souffrent
Pour terminer, je désire vous encourager dans votre travail pour aider les malades. Les gens qui souffrent n'ont plus d'espérance. Ils pensent être des victimes d'où leur colère et leur amertume. S'ils sont sous l'emprise des puissances des ténèbres, ils n'ont pas de force pour les contrer d'autant plus qu'ils n'y croient pas étant fermés au monde spirituel. C'est donc vous qui êtes les mains et la voix du Christ. Il y a évidemment un service très pratique : nourrir, habiller les sans abri, aider les femmes battues, accompagner les mourants... mais aussi un aspect spirituel avec la prière et la vie que donne la Parole de Dieu. De la même façon que la prière donne l'énergie, la parole de Dieu produit la vie et cela fait toute la différence pour des personnes dans mon état. C'est pourquoi je me réjouis pour ceux qui ont reçu le ministère d'aider les personnes handicapées.
Quand je suis découragée et m'apitoie sur mon sort, je repense à deux ou trois de mes amis croyants et handicapés comme Cornélius un Noir du Tennessee qui vit grâce à l'assistance d'une machine et qui ne peut même pas bouger sa tête. Il fait fonctionner son appareil radiocassette en mordant des petits tubes. Il est dans cet hôpital depuis la fin de la guerre du Vietnam mais je n'ai jamais rencontré une personne plus vivante et heureuse. S'il était là, il parlerait bien mieux que moi. Je pense aussi à une jeune fille qui habite dans l'état de Washington. Elle a 20 ans et suit les cours de l'école biblique dans sa chaise. Elle est très petite mais son coeur est tellement grand qu'il lui tarde de devenir missionnaire. De tels exemples m'encouragent beaucoup et je pourrais en citer d'autres. Ces gens qui sont dans la souffrance, trouvent l'espérance et la paix en Christ et ainsi deviennent des lumières pour le monde incrédule. En voyant mon ami Cornélius, ils se disent : "Le Dieu de ce gars là doit être quelqu'un et dans la foi de cet homme, il y a quelque chose de vrai. Moi aussi, je veux le vivre".

Voilà pourquoi les gens qui souffrent ont leur place dans le corps de Christ. La souffrance est un mystère nécessaire dans ce monde jusqu'au retour de Christ. Je suis heureuse de savoir que les plans de Dieu triomphent car ils sont parfaits ; c'est pourquoi nous pouvons Le glorifier. Jésus dit que le dernier sera le premier et que le faible deviendra fort. Ce sont les forts en Christ qui sont sages et les humbles hériteront du royaume de Dieu. Les aveugles verront la lumière, les sourds entendront la Parole de Dieu, les paralysés marcheront avec le Seigneur et même les retardés mentaux auront la pensée de Christ. Que ce message puisse devenir votre message.

Joni Eareckson Tada


Dernière édition par Solange le Ven 15 Mai - 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
WEB. Chantal
PRUNELLIER
PRUNELLIER
avatar

Heure : Chez moi il est :

france

Féminin

Nombre de messages : 1846
Age de mes artères : 73
Localisation : 38730 ISERE FRANCE
Mon emploi & mes loisirs : WEB ici, En retraite tout en travaillant !.
Mon humeur : stable et gaie en générale.
Je vous décris ma belle contrée : Une des plus belles de notre France - Montagneuse, verdoyante et agréable. De grandes villes pas très loin, Grenoble, Chambéry, Lyon. C'est vraiment une belle région.

et mon coeur est aussi près de mes enfants là-bas :


Date de mon inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Témoignage de Joni Eareckson   Lun 2 Mar - 19:26

Mady tu as bien fait de partager ce témoignage.

Merci beaucoup.
_________________
L'ami aime en tout temps, Et dans le malheur il se montre un frère. Prov. 17:17


http://grainedespoir.forums-famille.com/dieu-dans-notre-vie-dieu-dans-leur-vie-f13/sujets-de-prieres-du-jour-t511.htm#6215
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Témoignage de Joni Eareckson   Lun 2 Mar - 21:28

De Rien....

Si vous me voyez plus après vous inquiétez pas, j'ai des problèmes avec mon ordi et l'internet parfois ne fonctionne plus.


BISES A TOUS

Spyez bénis flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Témoignage de Joni Eareckson   Ven 15 Mai - 21:31

JE VOUDRAIS AJOUTER CECI :

INTERVIEW DE JONI
Arrow
[i]La majorité des gens aux Etats-Unis connaît l'histoire de Joni Eareckson Tada, étant donné l'énorme publicité dont elle bénéficie à travers ses livres, ses peintures et ses interventions publiques. Dieu donne à cette jeune femme un grand ministère en faveur des infirmes.


Cependant on ne connaît pas la Joni de tous les jours. Le plus grand nombre ne soupçonne pas sa lutte pour accomplir les actes les plus simples de la vie ordinaire, comme se baigner ou prendre ses repas. Beaucoup ne voient en elle que la "superstar".

Je suis allé rendre visite à Joni à Woodland Hills, dans sa modeste demeure surplombant la vallée de San Fernando en Californie du sud. Quelques escarres avaient contraint Joni à garder le lit mais elle accepta néanmoins avec grâce de passer un après-midi en ma compagnie.

Richard : Est-ce que tu crois que les mouvements de guérison par la foi et leur message peuvent être une source de confusion ?

Joni : Récemment j'ai dû prendre l'avion pour San Francisco à l'occasion d'une conférence. Pendant le vol j'engageai la conversation avec une jeune hôtesse dont le visage rayonnait de l'amour de Jésus. Elle était l'une des personnes les plus pétillantes et les plus joyeuses qu'il m'avait été donné de rencontrer. Il était évident qu'elle venait de rencontrer le Seigneur et qu'elle était subjuguée par son amour. Elle me dit : "Joni, je ne pourrais pas servir un Dieu qui ne voudrait pas guérir tout le monde. Un Dieu dont ce ne serait pas la volonté que tout le monde soit guéri".

Je lui fis la remarque suivante : "Il est pourtant évident, à regarder le monde autour de soi, que ce n'est pas la volonté de Dieu que tout le monde soit guéri ; tout simplement parce qu'un grand nombre de personnes ne le sont pas. L'homme ne peut pas résister à la volonté de Dieu, et si la guérison de l'humanité entière faisait partie de son dessein, rien ne pourrait empêcher qu'il en soit ainsi. Nous devrions voir des évidences de ce fait partout autour de nous, mais ce n'est pas le cas. C'est pourquoi on peut en conclure qu'il n'est pas de la volonté de Dieu que tout le monde soit guéri."

Elle me fit ensuite une réflexion de ce genre : "Mais pourtant, est-ce que notre foi n'a pas quelque chose à voir là-dedans ?" Je crois que voilà un excellent sujet de conversation parce que, en dehors du fait que les gens ont du Royaume de Dieu une conception aussi erronée que leur herméneutique, la tentation est grande de retirer quelques passages bibliques de leur contexte, quelques versets ici et là qui parlent de foi, et de bâtir autour de cette foi toute une théologie. Je vois la foi tout bonnement comme un instrument par lequel s'exprime la grâce divine. D'autres, ceux qui partagent l'opinion de l'hôtesse, la voient peut-être davantage comme un gourdin que nous brandissons au dessus de la tête de Dieu, ou bien comme les ficelles à tirer si nous voulons voir Dieu bouger. A mon avis, ce n'est pas de la foi mais de la présomption ; cela rabaisse presque Dieu au rang d'un pantin.

Richard : Est-ce que tu es jamais allée à une réunion de guérison ?

Joni : Franchement j'ai assisté à quelques réunions de Kathryn Kuhlman. Je crois que toute la pensée derrière ces réunions est très subtilement faussée dans le sens où elle entretient l'idée que se faisait l'hôtesse de l'air, c'est-à-dire que le but poursuivi par Dieu en rachetant l'humanité était principalement de faire de nous des êtres heureux, en bonne santé et vivant une vie exempte de difficultés. S'efforcer de se raccrocher à n'importe quoi ; tirer les ficelles pour forcer Dieu à agir ; engager avec Lui une partie de bras de fer ou le réduire à notre taille ne sont de notre part que des efforts désespérés pour voir nos désirs satisfaits et nos prières exaucées de la manière dont nous nous imaginons qu'elles doivent l'être. Son dessein, lorsqu'Il nous a rachetés, était de nous amener à être conformes à l'image de Christ. Et cela nous l'oublions souvent.

Richard : Quand tu assistais à ces réunions, t'es-tu avancée pour être guérie ?

Joni : Oui. Si je me souviens bien, c'était à l'hôtel Hilton à Washington. Il y avait un monde fou et j'étais complètement à l'arrière de la salle. Il y avait des chaises partout et on ne pouvait pas bouger. Vraiment nous étions entassés les uns sur les autres.

Il y avait des gens en chaises roulantes, d'autres avec des trotteuses, d'autres avec des béquilles ; enfin pleins de gens comme moi. Tu comprends, Richard, j'en étais arrivée au point où je m'inventais des péchés à confesser. Je voulais m'assurer qu'entre Dieu et moi tout était transparent. C'est vrai que tout au fond de moi je me sentais un peu ridicule d'être là, mais je me disais que le fait de se sentir ridicule face à Dieu, face à tous ces gens, était nécessaire.

Il était indispensable que je sois prostrée ; que je me rende totalement, absolument vulnérable, non seulement devant lui, mais aussi devant tout le monde. Et puis il y avait des gens qui priaient pour moi lorsque je me rendais à ces réunions.

J'avais déjà reçu l'onction d'huile. Un nombre incalculable de personnes m'avaient imposé les mains, et je me disais : "C'est vraiment bien, parce que cela veut dire qu'on tente le nécessaire". Toutes les mesures imaginables — des pasteurs qui vous imposent les mains, l'huile, les prières et les péchés que je confessais. J'ai tout essayé. Je me rendais là-bas, m'imaginant que Dieu avait aplani le chemin, préparé la scène et que j'allais pouvoir rouler jusqu'à l'estrade et que le miracle allait arriver !

Mais rien ne s'est passé. Pendant très longtemps j'ai été incapable de comprendre pourquoi mes mains et mes jambes ne recevaient pas le message que mon esprit leur envoyait. Je me rappelle les regards que je portais à mes membres, comme s'ils étaient distincts de ce que j'étais et de ce que je pensais. Mon cœur et mon esprit disaient : "Tu es guéri, mon corps !

Je voulais m'assurer que j'avais la foi avec un grand "F".

Richard : Est-ce que tu avais orienté tes pensées en lisant des ouvrages ayant trait à la guérison ?

Joni : Oui, l'important était ma foi. La développer, la dégrossir, l'entraîner, la maintenir en grande forme. Je croyais vraiment ! Et pourtant mes mains et mes pieds ne réagissaient pas à ce que je savais être la vérité. C'est alors que j'ai commencé à réaliser que, soit Dieu était en train de me faire une monstrueuse et cruelle plaisanterie — que j'étais la victime d'une farce divine — ou bien que mon interprétation des Ecritures était inexacte.

Je ne pouvais pas croire que Dieu faisait de moi l'objet d'une plaisanterie. J'avais vu Dieu à l'œuvre dans d'autres aspects de ma vie et j'avais foi dans les Ecritures. Je savais qu'une telle chose n'entrait pas dans sa nature ni dans son caractère. Dieu n'est pas le Dieu des malentendus ou des plaisanteries cruelles. Je me suis donc dit que le problème devait résider en moi. Cependant je savais qu'il n'était pas dans ma foi : Je croyais avec tant d'ardeur. J'avais appelé des gens et je leur avais dit : "Vous me verrez à votre porte demain. Je vais sauter et courir sur votre trottoir." J'avais vraiment joué franc-jeu. Je croyais vraiment et donc je savais que le problème ne résidait pas dans la qualité de ma foi.

Il fallait donc que la faute se trouve dans ma compréhension des Ecritures. C'est alors que j'ai commencé à remonter jusqu'au jardin d'Eden, jusqu'à la racine-même de la souffrance, de la maladie, des blessures et de la mort. Je réalisai que la maladie avait commencé avec le péché et, comme je l'ai raconté dans a step further [un pas de plus], j'ai commencé, lentement et systématiquement, à assembler les éléments du courant de l'histoire de la Rédemption divine à travers la Bible jusqu'à ce que j'en entrevoie la structure. Quand j'en arrivais au Nouveau Testament, je commençai tout d'un coup à comprendre les miracles, les guérisons et tout l'enthousiasme qui accompagnait Jésus sur la terre.

Très logiquement la souffrance devait faire partie de la substance et des fibres mêmes de l'action rédemptrice de Dieu pour l'humanité. Et même une fois le salut accompli, la souffrance devait encore trouver sa place dans la chaîne et la trame de l'histoire de la rédemption. Lorsque Jésus s'est occupé du péché et de ses conséquences, il a enclenché le processus d'inversion des effets du péché avec tout ce qui en résultait. Cependant il n'a fait que poser des fondements : Le monde est encore déchu ; les gens meurent toujours ; des catastrophes naturelles se produisent encore, les gens continuent de tomber malades et ainsi de suite jusqu'à ce qu'Il revienne.

Lire l'Ancien Testament m'a été d'une grande aide. En considérant les promesses de l'ancienne alliance (comment les yeux de l'aveugle s'ouvraient, les oreilles des sourds entendaient, et comment l'Oint du Seigneur possédait joie et bonheur) je commençai petit à petit à comprendre que la venue de Jésus n'était que le commencement et non le tableau dans son ensemble. Ainsi que nous le savons, Il revient, non pas sous les traits d'un humble serviteur mais sous ceux d'un Roi inaugurant son règne. Il établira son royaume et tiendra toutes ses promesses glorieuses.

Je pense que c'est la raison pour laquelle j'accepte ma chaise roulante et ma souffrance. Si, à cause de cela, un plus grand nombre de personnes peuvent avoir accès au Royaume de Dieu et faire partie de sa famille, alors cela prend un sens. Souffrir sans raison, souffrir pour rien, voilà qui serait vraiment douloureux.


Dernière édition par Solange le Ven 15 Mai - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Témoignage de Joni Eareckson   Ven 15 Mai - 21:33

SUITE :

Richard : Pour en revenir à votre hôtesse, comment votre conversation a-t-elle tourné ?
Joni : Ma conversation avec l'hôtesse me chagrinait parce qu'elle était typique, sur une petite échelle, de la mentalité des Eglises de ce pays. Lorsque je suis descendue de l'avion à l'aéroport, j'ai été accueillie par mes sponsors. Ils avaient amené avec eux une jeune femme qui avait eu la colonne vertébrale brisée dans un accident d'automobile un an auparavant. Elle était parvenue au point où elle était capable de faire confiance à Dieu et d'accepter son sort.
Mais quelqu'un lui avait dit que la volonté de Dieu pour elle était qu'elle soit guérie. Bref, elle s'était mise à croire, toujours davantage. Elle avait fait de gros efforts ; elle était passée par toutes les étapes nécessaires, et pourtant elle n'avait pas été guérie. Tout cela l'avait plongée dans la dépression. L'image qu'elle avait de Dieu s'était altérée.
A l'intérieur d'elle-même, Dieu commençait à ressembler à un monstre cruel jouant des farces monstrueuses aux humains. On lui disait aussi que sa dépression n'était pas la marque d'une vie de foi. En fait sa dépression n'était rien de plus qu'un pur péché. Que tout cela était cruel, affreusement cruel !
Elle répondit à ceux qui lui faisaient ces remarques : "Regardez Joni. Elle aime le Seigneur et elle marche avec Christ. Pourtant le Seigneur n'a pas choisi de la guérir". A quoi on répliqua que Joni s'était résignée à ne jamais être guérie. C'était la raison pour laquelle elle ne l'était pas.
Cette jeune femme désirait vraiment m'entendre personnellement. Avais-je jamais été déprimée ? Est-ce que je croyais que tout cela était la volonté de Dieu ? Est-ce que je m'étais résignée à ne jamais pouvoir me tenir sur mes jambes ?
La conversation avec l'hôtesse encore toute fraîche dans ma mémoire, ma première réflexion fut : "Non, je ne suis pas résignée à ne jamais guérir." Il est vrai que d'un autre côté il y a des gens qui disent que Dieu n'accomplit jamais de miracles de guérison : Ils voudraient faire entrer l'activité divine dans un moule. A l'inverse, d'autres personnes disent que Dieu veut que tout le monde soit guéri. Eux aussi enferment Dieu dans un moule. Voilà pourquoi je lui ai dit : "Non, je ne suis pas résignée à ne jamais guérir". J'ai accepté de laisser toutes les questions ouvertes. Cependant la balle est dans le camp de Dieu, plus dans le mien. Si ma compréhension des Ecritures est correcte et mon opinion de Dieu suffisamment élevée, alors les choses dépendent de Lui.
Je crois vraiment, ainsi que je le lui ai dit, que la guérison est l'exception qui confirme la règle qui veut que Dieu, à notre époque, ne guérisse pas toujours miraculeusement, pas plus qu'Il ne ressuscite les morts ou ne permette de marcher sur l'eau. Ce sont là tout bonnement des choses qui n'arrivent pas.
Je lui ai dit que j'étais souvent déprimée. Par exemple, je suis maintenant alitée avec quelques escarres tenaces. Voilà maintenant plusieurs mois que je dois garder le lit. C'est très décourageant et même parfois déprimant. Des gens me disent qu'ils prient pour ma guérison. La jeune femme me demanda, avec une drôle d'expression sur le visage : "Et tu ne crois pas que c'est un péché ?". Je lui dis : "Si je permettais à ces émotions d'altérer mon idée de Dieu, ce serait un péché. Mais ce n'en est pas un dans le sens où ma vue de Dieu n'a pas changé."
Cependant je suis un être humain. Dieu sait comment je suis faite et Il se souvient que je ne suis que poussière. J'ai été créée avec de vraies larmes. Je ne peux ressentir des émotions heureuses en étant clouée au lit trois mois durant, mais tout cela n'a pas altéré ma vision de Dieu. La dépression que je traverse fait partie intégrante de ma nature humaine. Un peu de dépression est la rançon des coups et des bleus quotidiens qui sont le lot des hommes, chrétiens et non chrétiens. Cependant, pour le chrétien, point n'est besoin de désespérer puisque nous avons un espoir - l'espoir que Christ établira un ordre nouveau.
Richard : Il est bien de faire la distinction entre le mot "dépression", qui est attaché à ce qui fait notre humanité, et le mot "désespoir" qui ne devrait jamais faire partie de notre relation de rédemption avec Christ.
Joni : C'est si merveilleux. J'ai vraiment désespéré au début, après mon accident. Je ne savais pas comment emboîter les pièces du puzzle. Je ne savais absolument pas que Dieu était là ; qu'Il se souciait de moi ; qu'Il contrôlait la situation et que je n'avais pas à m'en faire ; que ce n'était pas un accident ; qu'Il avait un plan bien ordonné et qu'Il tenait à ma disposition la puissance de la résurrection. J'ignorais tout cela. C'est pourquoi dans les premiers mois de mon infirmité, oui, j'ai désespéré. J'ai pensé qu'il n'y avait pas d'espoir. Mais les chrétiens ne devraient jamais désespérer, même si parfois il leur arrive de déprimer.
Richard : As-tu jamais analysé les étapes de ta réflexion, depuis l'adolescente handicapée que tu étais, jusqu'au point où tu te trouves maintenant ? Existe-t-il des paliers particuliers qu'il t'a fallu franchir ?
Joni : Eh bien, je crois avoir suivi la "filière" classique de ceux qui finissent par accepter leur handicap. On trouve cinq phases typiques : le traumatisme, le refus, la colère, le marchandage et l'acceptation.
Au début, oui, j'étais choquée et totalement incrédule. C'est curieux Richard. Je voyais mon corps paralysé, mais je ne réalisais pas qu'il en serait désormais toujours ainsi. Ce n'est pas que j'en refusais l'idée, c'est que le lien ne s'établissait pas. Et le lien ne s'établissait pas parce que tout cela était trop traumatisant. Ensuite est survenue la colère : "Mon Dieu, comment as-tu pu laisser m'arriver une chose pareille ?".
Et puis une autre chose m'a toujours semblé curieuse : Pourquoi est-ce que nous accusons Dieu ? Pourquoi Lui ? C'est probablement notre nature pécheresse qui doit nous porter à rejeter la faute sur lui. Nous n'incriminons jamais vraiment la révolte initiale de l'homme, nous rejetons la responsabilité sur Dieu, pas sur Satan. Fidèle à notre nature humaine, telle est l'attitude de la brute qui sommeille en nous. Il semble que nous soyons incapables d'endosser une quelconque responsabilité.
Après cela j'entrai dans une phase de refus : "Les choses ne sont pas ce qu'elles doivent être. Mon Dieu, je sais très bien que tu vas me remettre sur pied." Après avoir traversé la période de marchandage avec le Seigneur j'en arrivai enfin au point où j'étais capable d'accepter ma situation. L'accepter non pas dans le sens d'une résignation dépourvue d'espoir, comme si je disais : "je pense que je m'accommode au mieux de mon état, je vais faire contre mauvaise fortune bon cœur et continuer à vivre", comme si je portais ma croix en m'apitoyant sur moi-même. Non, lorsque je parle d'acceptation, je veux dire saisir à pleines mains ce que Dieu nous a donné et le recevoir avec gratitude. Pour moi c'est cela accepter véritablement, et je crois que seul un chrétien en est capable.
Je pense que beaucoup de non croyants envisagent leur situation comme une sorte de martyre ou comme une situation à affronter stoïquement. Seuls, les chrétiens peuvent "accueillir" leur sort avec gratitude, sachant qu'ils reçoivent de la main de Dieu quelque chose qui servira, non seulement à sa gloire mais également à leur propre bien.
Pour en revenir à l'histoire de notre jeune paraplégique, nous avons parlé et discuté un peu des choses du Royaume de Dieu. Lorsque quelqu'un me pose des questions sur la guérison aujourd'hui, je commence par le Royaume et la raison de la venue de Christ et le sens des miracles. Je ne crois pas que l'on puisse donner des réponses avant d'avoir défini un cadre ou une structure dans lequel on puisse les y inscrire. Nous nous sommes encore entretenues sur le sujet de la dépression avant que je ne regagne ma chambre d'hôtel.
Le matin suivant je me levai pour prendre la parole à un déjeuner de dames — il y avait un millier de participantes — et je parlai sur la nature et le caractère de Dieu et sur notre vision de sa personne dans notre souffrance et nos problèmes. Pour introduire mon exposé je mentionnai le fait que je passais par une période de dépression. Et c'était la vérité. Pas plus d'une semaine et demie auparavant je m'élevais contre l'idée d'être clouée au lit, de me sentir "moche" et de prendre des kilos (parce que quand je suis couchée, je mange). Quoiqu'il en soit, je leur racontai tout cela parce que je désirais que ces gens comprennent que je ne leur présentais pas une théorie biblique bien construite sur laquelle j'avais travaillé des années auparavant.
Une fois mon discours terminé, je retournai m'allonger dans ma chambre à cause de mon escarre. C'est alors que le téléphone sonna. C'était une femme qui désirait me parler. Je pris l'écouteur et elle commença ainsi : "Joni, j'ai une parole de connaissance pour toi, de la part du Seigneur". Elle continua dans le style habituel de ceux qui ont des paroles de connaissance : "Ma fille...". Comme si c'était Dieu qui était en train de parler. La teneur de sa conversation c'était : "Ma fille, — et quelque chose comme — c'est ton péché qui te sépare de Moi et de la guérison. Ta dépression empêche ta communion avec Moi."
J'ai vraiment fait un effort sur moi-même pour tenir ma langue à la fin de sa "parole de connaissance". Je lui dis : "Merci d'avoir appelé pour me faire part de vos idées". J'ai pensé à la cruauté et à l'injustice de mon interlocutrice. Elle avait utilisé un "truc" spirituel bien pratique pour me donner son avis. Si on veut partager son opinion, pourquoi ne pas annoncer que c'est sa propre opinion ? Je ne lui ai pas dit cela, mais je bouillais vraiment en dedans de moi. Encore une fois cela nous ramène à l'hôtel et à la jeune paralysée dans sa chaise roulante. Si nous réduisons Dieu à notre échelle, nous rejetons la vue élevée qu'avaient de Lui les hommes et les femmes de la Bible pour le caser dans nos petits tiroirs commodes.
Richard : Souvent les gens te regardent et s'imaginent que tu mènes une vie normale et insouciante à la maison. Comment vis-tu tes problèmes quotidiens ?
Joni : Je crois que le problème dont je puis le mieux parler en ce moment est l'obligation de garder le lit avec cette escarre ; d'avoir l'impression que mon univers s'arrête à la barrière de mon jardin, d'avoir la sensation que mes prières ne dépassent pas le plafond ou de supporter l'image que me renvoie mon miroir : des cheveux gras, pas de maquillage et des draps aux relents d'alcool et d'antiseptique. Tout cela m'aide à apprendre à faire mienne à nouveau la Parole de Dieu d'une façon efficace.
J'ai appris il y a longtemps que le secret de la progression dans ma vie chrétienne est d'aborder la Parole de Dieu d'une façon systématique et intelligente ; de la partager en sections compréhensibles qui traitent par exemple de la dépression, des épreuves ou de la grâce, et de les apprendre par cœur.
C'est toujours vrai aujourd'hui. Il me faut laisser de côté le sentiment de mon handicap, la sensation que mes prières se heurtent au plafond de ma chambre, mes coups de tête, mes émotions, mes hésitations. Il me faut me résoudre dans mon for intérieur, ce qui constitue, je suppose, un acte de foi, à ne pas céder à mes sentiments mais plutôt à la Parole de Dieu. C'est en fait un acte de volonté. Par la volonté je ne dois pas permettre à mes sentiments et à mes émotions de détruire ma foi ou de déformer ma vision de Dieu.
J'accepte les émotions et les sentiments pour ce qu'ils sont, mais je m'applique à marcher sur la droite ligne de l'obéissance à la Parole de Dieu.
La Parole de Dieu me dit que toutes choses concourent au bien, non que toutes choses sont bien. Toutes choses concourent au bien. Je veux croire à ce que me dit la Parole de Dieu lorsqu'elle demande d'accueillir les épreuves comme des amis et de rendre grâces en toutes choses. Je crois que ce qui fait la différence, c'est une approche systématique de sa Parole.
Richard : Les malades ne demandent-ils pas souvent, pour quelles raisons ils sont dans cet état, et pourquoi Dieu permet leur souffrance ? N'en éprouvent-ils pas le besoin ?
Joni : Oui. Ou bien ils demandent : "Pourquoi ne suis-je pas guéri ?" Il est important de répondre à cette question si en tant qu'Eglise nous voulons exercer un ministère auprès des invalides ou passer du temps avec eux, ou faire d'eux des disciples ou que sais-je.
Quelquefois les gens prient pour la guérison d'une tante en phase terminale ou d'un mari qui se meurt du cancer. Ils savent bien que Dieu va rappeler cette personne à Lui. Alors, après le décès ils se réjouissent parce que le malade a fait l'expérience de ce qu'ils appellent "l'essence même de la guérison véritable". Il est clair que cela est une échappatoire — une spirituelle et très commode échappatoire.
Richard : Pourtant il y a un peu de vrai là-dedans. C'est la raison pourquoi cela est si trompeur, n'est-ce pas ?
Joni : Oui. Parce que ce n'est pas ce que ces gens veulent dire. Ils prient que telle ou telle personne soit guérie. En fait, de peur de faire preuve d'un manque de foi, ils refusent de considérer comme une possibilité le fait que la mort peut constituer la guérison véritable.
Richard : Selon ton expérience et tes nombreux correspondants, quelles sont les questions cruciales, celles auxquelles il est indispensable d'apporter une réponse pour les personnes souffrantes ou malades ou celles qui se trouvent plongées dans des circonstances qu'elles ne peuvent changer ?
Joni : Je crois que la question qui préoccupe le plus les gens est celle-ci : "Quelle est la part de responsabilité de Dieu ? Comment Dieu, un Dieu d'amour, peut-il tolérer la souffrance et le mal dans le monde ?"
Et deuxièmement : "En ce qui concerne la guérison, quelle est la part qui m'incombe à moi ? A quel niveau se situe ma foi ? Que fait Dieu ?"
Puisque nous avons déjà parlé de la première question, nous pouvons aborder la seconde. Les gens trouvent difficile de comprendre que dans les passages où Jésus disait : "Ta foi t'a guéri", il parlait en réalité du salut. C'est ce que je crois. La guérison physique n'était qu'une illustration de la guérison spirituelle.
Pourtant les gens pensent encore que la guérison est une affaire d'exercice de leur foi. Ils croient encore que les passages des Ecritures dans lesquels Jésus dit par exemple : "Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne, va-t'en et elle s'en irait" placent la responsabilité sur eux.
Quelquefois je pense que Dieu peut lire les désirs de leurs cœurs ; mais peut-être est-ce aussi la providence divine qui, à partir de leur grossière erreur les amènera à regarder la Bible de plus près.
Prenez par exemple, la jeune hôtesse. Que fera cette chère jeune femme le jour où son mari tombera gravement malade ? Qu'est-ce qu'elle fera ? Je m'émeus pour elle dans un sens. Et pourtant d'un autre côté, je pense que Dieu espère qu'elle sera si déçue, que, comme moi, son désespoir l'amènera à ouvrir sa Bible et à la lire encore une fois plus attentivement. J'ai de la sympathie pour ces gens. Je peux me mettre à leur place. Cela souligne l'importance, pour les gens comme vous qui partagez les vérités divines, d'être exacts. C'est un grand défi à relever !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Témoignage de Joni Eareckson   

Revenir en haut Aller en bas
 

Témoignage de Joni Eareckson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GRAINE d' ESPOIR et de VIE :: FOI :: Dieu dans notre vie/ Dieu dans leur vie -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit